De la magie ? Non, un don planifié.

1 avril 2016

Comment la contribution  de 25 000 $ d’un donateur peut-elle se transformer en un don de 150 000 $ sans ajouter un sou de plus ? Cela n’a rien à voir avec la magie, c’est plutôt grâce aux dons planifiés. Planifier un don – ce qui est différent de la façon classique de donner un chèque- permet une multitude de façons de donner selon les attentes et le budget de chacun.

Les dons planifiés sont tout le contraire des dons spontanés : ils sont intégrés dans l’ensemble de la planification financière, fiscale et successorale d’une personne. Fruits d’une réflexion, il tient également compte des objectifs philanthropiques du donateur.

La planification d’un don se fait par l’analyse et l’utilisation de différents leviers financiers et fiscaux adaptés à la situation personnelle d’un donateur.

Dans l’exemple mentionné au début de cet article, un donateur qui a fait  don d’une police d’assurance-vie de 150 000 $ à un organisme de charité qu’il appuie verse annuellement pendant 10 ans un montant de 2 500 $ (soit une somme totale de 25 000 $) pour lequel il recevra un reçu fiscal. Ce  reçu lui permettra de bénéficier d’un crédit d’impôt de 1 200 $ par année donc, sur une période de 10 ans, une somme totale de 12 000 $. Ce donateur fera ainsi un don de 150 000 $ pour un coût net de 13 000 $,

Même si les dons planifiés ne cessent de gagner en popularité au Québec, il reste encore beaucoup à faire pour que cette façon de donner soit aussi reconnue et valorisée qu’elle peut l’être dans les milieux anglophones où les institutions et les donateurs en tirent de grands bénéfices depuis plusieurs années.

Et contrairement à ce que l’on peut croire, il n’est pas nécessaire d’être parmi les plus riches pour faire un don planifié : un don testamentaire peut correspondre à un pourcentage de l’actif au décès (par exemple 2 % du patrimoine) ce qui ne privera pas indûment les autres héritiers. Sans compter que la succession recevra pour ce don un reçu lui permettant de réduire l’impôt à payer.

Les dons testamentaires, la forme de dons planifiés la plus populaire permettent aux donateurs de léguer plus que de l’argent aux organisations qu’ils  ont à cœur, ils sont souvent une source de fierté et d’inspiration pour les enfants et proches  du donateur.

Aussi, il ne faut pas nécessairement  être vieux pour faire un don planifié. Un jeune donateur peut souscrire une police d’assurance-vie qu’il donnera à un organisme de charité : pour une prime souvent minime, il pourra donner un montant  beaucoup plus important que celui auquel il avait initialement pensé.

La plupart des gens – jeunes ou plus âgés – peuvent donc faire un don planifié sans modifier leur niveau de vie ou mettre la sécurité financière de leurs proches en périls.

Se renseigner sur les dons planifiés est une formule gagnante pour tous, les donateurs, leurs familles et les organismes de charité.

Jocelyne Gonthier

---

Jocelyne Gonthier donne la formation en ligne Dons majeurs et planifiés
Pour plus d’information: 514 343-5873 ou formationcontinue@fep.umontreal.ca

Catégories